L’article paru dans le journal en ligne Sud-Ouest relate une histoire malheureusement banale. Cécile Procureur a 50 ans lorsque, après 28 ans d’expérience en tant que directrice commerciale, elle décide de quitter la région de Nantes pour le sud-ouest de Bordeaux.

Presque certaine de retrouver un emploi très vite sur place, Cécile Procureur attend vainement que ses recherches portent leurs fruits. Lors d’un entretien, le couperet tombe. « Vous ne pouvez pas assumer un poste de directrice commerciale à 50 ans ! ».

Cécile Procureur adhère alors en 2014 à une association bordelaise pour le retour à l’emploi : Forces Femme.

Quatre mois plus tard, son projet personnel démarre.

Elle devient le PDG de l’entreprise Accomext, une franchise de la société Bras Droit des Dirigeants proposant des cadres externalisés en temps partagés (cadres commerciaux, ressources humaines, direction financière …). Histoire de rappeler à ses anciens recruteurs leur erreur de jugement à son encontre, elle reçoit en 2015 le prix de la Performance Commerciale des Femmes de l’économie du grand sud-ouest.

D’autres histoires circulent au sein de l’association Forces Femme.

L’article fait également l’écho du parcours de Denise Fumat. Après avoir été cadre commerciale d’abord dans la grande distribution puis dans le bâtiment, Denise se retrouve au chômage à 60 ans. Trop jeune pour prendre sa retraite, Denise fait face aux mêmes réticences que Cécile de la part des recruteurs. La majorité des entreprises n’embauchent pas de seniors.

Denise rejoint les rangs de l’association en 2014. Elle s’aperçoit alors que son problème d’emploi de senior n’est pas isolé. Après plusieurs mois, ayant suffisamment récupéré la confiance qu’elle avait perdue, elle décroche un poste au Crédit Agricole, entreprise dans laquelle elle restera 4 ans avant de pouvoir faire valoir ses droits à la retraite …

Retrouvez cet article sur le site du magazine Sud-Ouest.